Radar pédagogique

Depuis le 15 avril 2011, huit installations de radars pédagogiques ont vu le jour à Canet.

C’est en raison du nombre de doléances relayées par les administrés et les Commissaires de Quartier quant aux « excès » de vitesse, et soucieuse de prendre en compte le plus d’informations possibles (trafics, excès de vitesse, nombre d’excès…) que la Mairie a choisi l’option d’acquérir ces radars amovibles pour un coût de 19.974,64 euros.

LA VITESSE EN QUESTION

radarAvant de trouver des solutions au phénomène de vitesse excessive, la Mairie a souhaité mener une enquête préalable. C’est donc l’enjeu de ces nouveaux outils qui permettent de donner les informations nécessaires sur les comportements des automobilistes. Ces radars n’ont pas à servir d’outil de répression, mais ont une triple vocation.

Sensibiliser les conducteurs sur leur vitesse

Sur une large avenue ou une rue à visibilité dégagée, on peut se croire facilement en sécurité et se dire qu’après tout on ne risque rien, que si un enfant débouche soudainement on aura le temps de ralentir ou de freiner. Les automobilistes sont souvent victimes de ce phénomène et ont tendance à se laisser aller à des excès de vitesse, tout comme ils le font parfois sur des routes en pente, sans forcément s’en rendre compte. Les radars pédagogiques sont là pour que les automobilistes prennent conscience que parfois, ils sont en infraction, encourent des risques et font prendre un danger pour les usagers du domaine public, piétons, enfants, vélos, motos…

Sensibiliser tous les usagers

Sensibiliser les automobilistes sur leur vitesse réelle est un premier pas. Mais il est également important que tous les usagers de la route, y compris les piétons et cyclistes, puissent mieux appréhender la vitesse des véhicule, le ressenti étant différent selon que l’on soit piéton ou automobiliste. Un piéton pourra penser qu’un véhicule roule à vive allure, en excès peut-être, alors que ce ne sera pas réellement le cas. C’est le deuxième objectif des radars, que tous puissent correctement estimer les vitesses.

Recueillir de l’information

Au-delà de ces deux « missions » des radars pédagogiques, leur dernier objectif est la statistique dans le sens où la ville a souhaité disposer de données réelles sur les excès de vitesse et la fréquentation des axes contrôlés. En recueillant ces informations, en les analysant, la ville se donne les moyens d’intervenir là où il y en a besoin, en envisageant les meilleures solutions d’aménagements et travaux sur les zones où sont réellement constatés les excès de vitesse et les risques engendrés pour la population.

Pour une politique globale de sécurité

smiley-)

La mise en place des radars pédagogiques permet de sensibiliser les automobilistes aux limitations de vitesse. Ils sont également un moyen pour la municipalité de recueillir des informations nécessaires à la réalisation des aménagements nécessaires pour limiter la vitesse des véhicules. Ceci s’inscrit dans la politique globale de sécurité voulue par Bernard Dupont. Afin d’assurer aussi bien la sécurité des biens que des personnes, une étroite et parfaite collaboration existe entre les acteurs de la sécurité, Gendarmerie Nationale, Sapeurs-pompiers et Police Municipale qui sont réunis chaque semaine pour faire le point afin d’être plus efficaces et plus réactifs au quotidien.

smiley-(

Le saviez-vous ?

Après le relevé du radar situé Avenue de la Côte Vermeille, la Ville a choisi de faire de ce secteur une « Zone 30 », c’est-à-dire une zone où la vitesse est limitée à 30 km/h. Afin d’être cohérent, et après un avis favorable du Groupe de Travail « Circulation », la Mairie a décidé que l’ensemble du Front de Mer, du sud jusqu’au Port (et sur une partie du Boulevard de la Jetée) sera en Zone 30, exception faite d’une limitation à 20 km/h autour de la Place Méditerranée.