En ces temps de confinement, infirmiers, salariés de surfaces alimentaires, personnels du service public ou membres d’associations continuent leur travail ou leur activité… Ces Canétois témoignent de leur quotidien :

Jean-Luc Le Roy, infirmier anesthésiste à l’hôpital de Perpignan


« Ne sortez pas ! »

« Étant cette semaine en vacances, je ne suis pas à l’hôpital. Donc avec ma famille, nous respectons ce temps de confinement. J’ai régulièrement des nouvelles de mes collègues et je reste bien sûr mobilisable de suite. Pour l’instant (le 24 mars, ndlr), nous ne sommes pas dans la situation de Mulhouse.
Les plannings sont remaniés, les opérations non urgentes sont transférées et l’hôpital se réorganise totalement. Quand je me rends au travail, je me sens bien sûr inquiet : nous sommes un personnel à risque et face à tout ce flot d’informations, ce n’est parfois pas simple à gérer.

Un masque : 4 heures de soins pour les soignants
S’il y a une chose à dire aux Canétois c’est : « Ne sortez pas et laissez les masques au personnel soignant ! » Mettre un masque, c’est facile, mais le porter c’est autre chose ! Beaucoup le mettent mais le touchent ensuite pour le remettre en place. Pour peu qu’ils aient touché autre chose, ils réduisent l’utilité du masque et peuvent même se contaminer. Un masque de plus, c’est 4 heures de soins pour nous !
Le moyen le plus efficace pour contrer cette épidémie est de rester chez soi et de se laver les mains ! »

La police municipale sur le terrain.

Fabrice Guiral, chef de la police municipale

« Une nouvelle organisation »

« En ce qui concerne la police municipale, nous sommes toujours sur le terrain 24h/24 et 7j/7 et aucun de nos agents, en comprenant les ASVP, n’est confiné. Nous faisons des contrôles inopinés dans divers endroits de la commune et nous allons régulièrement chez les commerçants qui restent ouverts pour voir si tout se passe bien.

Plateforme voisins vigilants
Nous avons des retours plutôt positifs ! Les gens sentent que l’on se préoccupe d’eux donc tout se passe bien. Nous continuons à assurer le service pour la ville. »
Afin de garder le lien avec son quartier, la police municipale vous invite à vous inscrire sur le site « voisins vigilants et solidaires ».

Onyle a été adopté pendant le confinement.

Nadine Lecocq,
Bénévole au refuge animalier de Canet

« Au maximum deux bénévoles au refuge »

« Le refuge est fermé au public mais pour des raisons évidentes, les bénévoles continuent à y venir. Par chance, nous avons fait pas mal d’adoptions avant le confinement. Personnellement, je me rends presque tous les jours au refuge où nous nous sommes complètement réorganisés : nous sommes au maximum deux bénévoles dans le refuge, nous pratiquons les gestes barrières et nous avons placé le plus grand nombre de chiens dans des familles d’accueil.

Maximum de précautions
En ce qui concerne les adoptions, nous ne prenons plus que sur rendez-vous. Les bénévoles font un super boulot ! Nous avons fait adopter 14 animaux depuis le 1er janvier ! L’année dernière, nous avons trouvé une famille pour 107 chiens et 25 chats ! »

Facebook : Refuge de Canet-en-Roussillon / Contact : 07 81 12 46 25

Estelle Baccaro, Manager dans une grande surface

« Il n’y aura aucune pénurie »

« Toutes les précautions ont été prises dès le début de la période de confinement : nous avons deux agents de sécurité qui veillent au respect des consignes de sécurité, nous laissons à la disposition des clients des gants et du gel hydroalcoolique, les caissières sont protégées par une vitre en plexiglas et un casque. En ce qui concerne les achats, les clients procèdent beaucoup par le drive et les livraisons à domicile ! Aujourd’hui, nous avons 100 drives par jour alors qu’avant le confinement, nous étions autour de 5 à 8 par semaine. Afin de répondre à cette demande, nous avons fait appel à des étudiants et à des intérimaires.

En relation avec le CCAS
Nous sommes aussi en contact avec le Centre communal d’action sociale (CCAS) : des aides à domicile font les courses pour les personnes à risque. En ce qui concerne le ravitaillement, le début de la période de confinement était un peu  »chaud » car beaucoup de personnes se sont ruées vers des produits comme les pâtes ou le papier toilette. Aujourd’hui, nous avons de tout et il n’y aura aucune pénurie.
Il y a aussi une réorganisation du temps de travail : afin d’éviter les contacts entre les salariés et les clients, la mise en rayon se fait une heure plus tôt. La direction veille aussi à ce que les salariés ne fassent qu’un seul aller-retour entre le magasin et le lieu de travail. Toutes les mesures nécessaires ont été prises ! »

Natacha Vert, Directrice du centre communal d’action sociale

« Nous continuons nos missions »

« Malgré le confinement, nous portons toujours assistance aux personnes âgées. Il y a toujours les aides à domicile, nous ne faisons plus les accompagnements aux courses mais nous les apportons directement au domicile. Nous aidons toujours à la prise des repas. La crèche « Les Pâquerettes » reste aussi ouverte pour les parents qui ont des professions dites prioritaires comme le personnel soignant. Là où nous intervenons moins, c’est au niveau de l’entretien des logements mais après 15 jours, les bénéficiaires nous rappellent et nous allons réfléchir pour reprendre… Nous évitons aussi de rentrer lors des livraisons de courses. Une permanence téléphonique est également assurée toute la semaine ainsi que le week-end dans la matinée. Nous restons toujours en contact avec les personnes fragiles.

Gestes barrières pour protéger le personnel et les bénéficiaires
Les agents sont bien équipés : ils portent des gants, des masques et des sur-chaussures. Elles ont bien sûr des consignes comme le respect des gestes barrières. Nous recevons beaucoup de remerciements de la part des bénéficiaires. 
Chaque semaine, pendant cette période de crise, les équipes contactent l’ensemble des personnes référencées afin de s’assurer de leur bonne santé et de leur donner un petit coup de pouce au moral. Les personnes qui le désirent peuvent bénéficier gratuitement d’un service de livraison de courses ou de repas pour assurer un confinement optimal. »

Numéro permanence : 04 68 86 71 66

Daniel Chauveau, association des donneurs de sang bénévole

« Pour l’instant, c’est maintenu ! »

« Une journée du don de sang est organisée le 15 avril. Pour l’instant, cette action est maintenue mais j’attends des nouvelles de l’établissement français du sang. Il y a quand même des changements : nous ne distribuerons pas de flyers pour annoncer cette journée et l’association ne fera que l’aménagement de la salle avant l’arrivée des donneurs. Les personnes de plus de 70 ans ne pourront pas être présentes pour des raisons évidentes. »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.