Un service gratuit d’intervention est à la disposition de tous les habitants, n’hésitez pas à le contacter pour une intervention directe à votre domicile. N° Indigo 0 825 399 110 - 0,15€ TTC / MN
moustiqueTigre

Vous pouvez dès à présent adopter les bonnes pratiques préconisées par l’EID en supprimant toutes les eaux stagnantes de votre habitat et de votre jardin. Plus d’informations sur

EID Méditerranée

 

Les manières concrètes de se prémunir du « moustique tigre »

Les « gîtes » de reproduction du « moustique tigre » Aedes albopictus sont très souvent de micro dimension (à partir de quelques millilitres seulement), toujours en milieu urbain ou périurbain, jamais en milieux naturels humides ouverts. Ce peut être des creux d’arbres, par exemple, mais surtout une foultitude de petites collections d’eau artificielles telles que :

  • seaux, vases, soucoupes.
  • fûts et citernes.
  • écoulements de gouttières.
  • pneus, boîtes de conserve.
  • et tout petit réceptacle d’eaux pluviales ou domestiques à découvert.

Ces « gîtes » de reproduction sont donc, en grande partie, fabriqués par l’Homme. Ils se trouvent, pour 80 % d’entre eux, au sein des domiciles privés : cours, jardins, terrasses, balcons… Dans ce cas, il est impossible de les recenser tous, d’autant que la plupart sont temporaires, aléatoires ou difficiles d’accès.

 

Pas d’eau pour les moustiques

Alors, si vous êtes dans cette situation, ne tergiversez pas, car la façon la plus efficace et radicale de se protéger de ces nuisances, c’est ranger, curer, protéger, couvrir (toiles moustiquaires) ou évacuer les eaux stagnantes. Ou mieux encore, chaque fois que possible, supprimer physiquement ces gîtes. Et il faut convaincre son voisinage de faire de même.

Faisons équipe avant qu’il pique.

Privons-le d’eau !

 

Moustique tigre