La présentation du débat d’orientation budgétaire par Francis Clique, 1er adjoint délégué aux finances, pourrait se résumer ainsi : les efforts d’économie, malgré la diminution de certaines recettes dont principalement les dotations de l'État, permettent de prévoir un budget 2017 mieux équilibré que ceux des deux exercices précédents.

Le débat d’orientation budgétaire permet d’arrêter le cadre du budget primitif.
Ce budget primitif 2017 tiendra compte de la transformation de la Communauté d’Agglomération (PMCA) en Communauté Urbaine (Perpignan Méditerranée Métropole – PMM) et en particulier du transfert de la compétence voirie.
Il sera également tenu compte de l’évolution du contexte économique, de l’évolution des normes et des effets exogènes à la collectivité.

 

Une évolution du budget de fonctionnement favorable

Le budget de fonctionnement est constitué d’une part des dépenses courantes pour assurer les missions de service public « quotidiennes ».
Elles sont constituées essentiellement par des acquisitions de matériels et fournitures, la rémunération des agents de la ville et des participations à des organismes intercommunaux.
D’autre part, le budget de fonctionnement est constitué de recettes que sont les dotations de l’État, les contributions des ménages (dont les taux n’ont pas augmenté depuis 27 ans) et les recettes des services.
La prévision de budget 2017 est favorable car les économies réalisées sur les dépenses courantes de fonctionnement (750.000 €) sont supérieures à la baisse des recettes de la ville.
La conséquence de cette politique rigoureuse est l’augmentation de la capacité d’investissement de la ville.

 

Un effort particulier consacré à la rénovation des voiries

Bien que cette compétence soit transférée à Perpignan Méditerranée Métropole, l’impact financer est neutre, en matière de dépenses de fonctionnement et surtout, aux termes d’une convention de gestion, la ville reste maître de la politique qu’elle entend mettre en œuvre dans le cadre de la rénovation des voies.
Le maire de Canet, Bernard Dupont, souhaite qu’un effort particulier soit réalisé.
C’est ainsi plus de 2,5 millions d’euros qui seront consacrés à la voirie.
Déjà, les travaux sont engagés sur la rue des Coquillages et la rue des Aigues Marines, l’effort particulier demandé par le maire porte sur la réfection des voies qui ne nécessitent pas la reprise des réseaux (eaux, assainissement…) avant une dizaine d’années.

 

Une capacité d’investissement soutenue

De nombreux projets sont en cours de réalisation : le nouveau bâtiment de l’office du tourisme, le pôle médical.
D’autres vont débuter : l’aquarium et la nouvelle salle de musculation de la piscine.
Enfin, le programme 2017 comporte près de 6.463.000 € d’investissement.
La ville peut réaliser tous ces projets car d’abord elle réalise les efforts nécessaires pour améliorer sa capacité d’autofinancement (2.125.000 € en 2017). Ensuite, parce qu’elle valorise son patrimoine ce qui génère des recettes d’investissement (ex. : vente des appartements de l’ancienne gendarmerie).
Enfin, en faisant appel à l’emprunt tout en maintenant l’encours de la dette à un niveau faible.
En 2017, l’annuité de la dette ne pèsera que 6,8 % sur les recettes réelles de fonctionnement.

 

5 chiffres clé

 

Documents